Souvenir d’une européenne : La baffe, la rage, le bec.

Ce que nous sommes, un groupe de canettes déchainées et engagées, déjà révoltées en cette année volcanique 2002 où tout le monde criait au séisme. Souvenez-vous, à l’époque Le Pen (le Vieux) le disputait sévère à Chichi et tous les canards et les canettes de la Basse-Cour France s’étaient résignés à choisir le mieux-disant des deux. Le Pen comme Président ça la fout mal quand même s’était dit une majorité éclairée. Et c’est ainsi qu’à la suite d’un front « républicain », Chichi a rempilé et la gauche a éclaté. Encore. Quelques années de bonheur avant l’ère Sarkozy. Je dis bonheur parce qu’après bonjour les dégâts : chômage, dette, chômage, dette, chômage…

Pauvre Sarko il a pas bénéficié d’une conjoncture favorable : la crise des subprimes, la vieille Bettencourt qui lui a fait des avances, foutant son couple avec Cécilia la rouquine en l’air, la dette, toujours la dette. Et c’est après un règne court, intense et pourri qu’il l’a cédé au gros Hollande.

Il était bien au début le gros Hollande. Réceptacle de tous les espoirs, y compris ceux des déçus et des mécontents de l’ère Sarko. La patate son programme de campagne : j’ai bien cru que les canettes pourraient couver ensemble, auréolées de la palme d’or décernée à Cannes à un film de cannes. Mais après quelques mois d’euphorie, retour à la triste réalité de l’exercice du pouvoir : la crise, la dette, le chômage, la crise, la dette, le chômage. Et voilà que le ras-le-bec général, la trouille de perdre son boulot, la peur de l’autre, canard blanc ou cygne noir, tout ça a fait resurgir le spectre de celui qu’on croyait presque mort et enterré : le Vieux.

En réalité, le Vieux n’avait jamais été loin malgré les alertes au séisme et les cancanements inquiets et successifs de la décennie 2000.. Mal rampant et protection des cons contre la chienlit, le vieux était plus fort que jamais et son spectre ressurgissait en la personne de sa fille. Un peu plus sympathique que le vieux, elle a, avec la finesse qu’on lui connait, tout déchiré en 2014 : municipales et européennes.

Ce qui précède pour en arriver à ce qui suit : lendemains de cuite obligent, on a tous pris une bonne claque. D’ailleurs ça cancane sec sur les réseaux sociaux, Marine par-ci, l’abstentionnisme par-là. Le 25 mai 2014 restera dans les annales comme le jour où le FN est devenu le 1er parti de France avec 25% de voix aux élections européennes. C’est arrivé. Ou plutôt c’est ré-arrivé malgré le séisme et le front républicain de 2002. Cette fois les carottes sont confites et l’Europe s’inquiète.

Alors avec quelques canettes on a décidé d’ouvrir ce blog, pour y exposer non pas nos analyses d’illégitimes volatiles, mais nos coups de becs. Si ça vous gonfle, vous n’êtes pas obligé de nous lire : on vous épargne la pollution sur vos fils d’actu Facebook et comptes Twitter. Si ça vous plaît, on espère que vous nous y ferez une petite place. Si vous avez envie de cancaner entre gens de bonne compagnie, envoyez-nous vos coups de bec, on attend que ça !

canette logo

 

Coin, coin !

Publicités

Une réflexion sur “Souvenir d’une européenne : La baffe, la rage, le bec.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s